Pape François : « Personne ne peut vivre sans amour »

« L’amour appelle l’amour, de façon plus forte que la haine appelle la mort », a déclaré le pape François à l’audience générale de ce mercredi 14 juin. Poursuivant sa série de catéchèses sur l’espérance chrétienne, le Saint-Père est revenu sur « l’amour inconditionnel de Dieu » qui aime ses enfants comme « une mère aime son enfant même quand il est pécheur ». L’amour de Dieu est source d’espérance, a-t-il insisté : « Tout le monde mérite d’être aimé, ne pensons pas que l’amour doit se mériter, ceci serait une terrible erreur, serait tomber dans une forme d’esclavage. »

Au cours de l’audience, le souverain pontife a salué les pèlerins de langue française, notamment des étudiants de la « Conférence Olivaint » de Paris,  la doyenne des associations de France, ainsi que plusieurs groupes venus de France, de Belgique et de l’Île Maurice ; puis les visiteurs de langue arabe, réitérant son appel à « manifester tous la joie d’être des enfants de Dieu », et à se comporter « en vrais enfants, en laissant le Christ nous transformer et nous faire devenir comme lui ».

L’amour appelle l’amour

« Frères et sœurs, nous ne pouvons pas vivre sans amour. Derrière de nombreux comportements apparemment inexplicables se cache une question : est-il possible que je ne mérite pas d’être appelé par mon nom ? » Le Pape d’attirer alors l’attention des visiteurs sur « de nombreuses formes de haine sociale » qui dissimulent souvent « un cœur qui n’a pas été reconnu ». Car personne ne peut vivre sans amour, a-t-il insisté, « c’est une erreur de croire que l’amour doit être mérité ». « Pouvez-vous imaginer un monde où tous mendient dans le but de susciter l’attention d’autrui ? », s’est-il interrogé. L’amour appelle l’amour ! Pour changer le cœur d’une personne malheureuse, « il faut d’abord l’embrasser, lui faire sentir qu’elle est désirée, qu’elle est importante, alors elle cessera d’être triste ». D’ailleurs, le premier pas accompli par Dieu n’est-il pas celui « d’un amour donné à l’avance et sans condition » ?  Dieu « nous aime parce qu’il est amour », et l’amour « tend naturellement à se répandre, à se donner ». Il n’existe pas « d’enfants méchants, comme il n’existe pas d’adolescents totalement mauvais, mais des personnes malheureuses », a insisté le Pape.

« Jésus n’est pas mort et ressuscité pour Lui-même mais pour nous », a poursuivi le Pape. « Il est  temps pour nous tous de ressusciter », en embrassant « les personnes malheureuses », en relevant « les pauvres du découragement ». (Aleteia.org)

Revenir