La Trinité pour les nuls

La Trinité pour les nuls

Si j’ai choisi ce titre un peu provocateur, c’est pour dire que cette réflexion s’adresse à tous les croyants. Trop longtemps, les théologiens ont insisté sur l’incompréhensible des mystères. L’inexplicable n’a pas besoin d’être expliqué, surtout par des images trompeuses ou artificielles, comme les trois bougies qui ne font qu’une seule flamme ou les trois couleurs primaires qui donnent toutes ses nuances à l’arc en ciel.

La Trinité, c’est un mystère. Mais pas un mystère qui cache quelque chose d’interdit, une énigme réservée aux initiés, un cryptogramme indéchiffrable. C’est un secret confidentiel qui est réservé à chacun d’entre nous et dans l’intimité du quel nous sommes invités.

L’Amour est comme un immense brasier, un soleil infini. Mais il est impossible d’aimer seul. L’Amour exige d’être au moins deux à/pour aimer. On peut imaginer qu’il y a un Amour-lumière, c’est l’Amour Vérité, l’Amour Sagesse, l’Amour du beau et du juste. Le Géniteur, le Principe : c’est celui que nous, chrétiens, nous appelons Père.

On peut penser qu’il y a en face, un Amour-chaleur, c’est l’Amour Vie, l’Amour Verbe (le verbe, c’est le cœur de la phrase sans lequel elle ne pourrait « être »), le Créateur : celui qui « dit », celui que nous, chrétiens, nous appelons Fils. Ces deux pôles, ces deux aspects ou dimensions de l’Amour, nous chrétiens, nous leur donnons les noms de Père et Fils parce que nous croyons que ce ne sont pas des fonctionnalités virtuelles, mais des personnes, des êtres divins et vivants qui s’aiment d’un amour absolu.

Un Amour absolu qui les met en communion. Un Amour si parfait qu’il est lui-même Dieu, personne divine. Ce Dieu Amour non seulement unit le Père et le Fils, la Vérité et la Vie, lumière et ardeur, mais aussi rayonne jusqu’ à nous, pauvres petites créatures captives de l’espace et du temps. Ce Dieu Amour ne se cache pas dans des arcanes ésotériques, mais il nous invite à l’émerveillement, à entrer dans sa contemplation, à demeurer dans son intimité.

C’est cet Amour là, qui nous dit qu’on est précieux pour lui et qu’il nous aime. C’est cet amour que nous reflétons quand, à notre tour, nous osons dire : « Je t’aime ! » 

Olivier de Boisgelin

Le dimanche de la Trinité 2017

Revenir