il ou elle vous le confie : "Je n’ai pas d’amis à l’école".

Votre fils ou votre fille n’a pas d’amis à l’école : un même constat qui ne retentit pas forcément de la même manière sur vous et votre conjoint, selon votre tempérament et votre propre histoire. C’est donc une bonne occasion d’échanger ensemble et de mieux comprendre l’impact en vous de cette nouvelle. C’est ensuite seulement que vous serez suffisamment sereins pour l’aider.

Votre ressenti de parent : qu’en faire ?

Pour aider efficacement son enfant, prenez soin de vos émotions : que ressentez-vous ? De quoi auriez-vous besoin ?

Peut-être vos souvenirs de blessures à l’école refont-ils surface ? Avant de parler à votre enfant, ayez de l’auto-empathie, pour ne pas projeter vos peurs sur lui : « J’ai détesté mon CP que j’ai même redoublé, se souvient Yannick. Depuis que notre fils est en grande section, j’en tremble pour lui : va-t-il bien s’intégrer ? ». Une fois que vous aurez clarifié ce qui se passe en vous, vous pourrez être à l’écoute de votre enfant qui a sa manière bien à lui de ressentir le fait qu’il n’a pas d’amis à l’école.. 

Ce qui l’empêche de se faire des amis

Passé la phase d’empathie avec votre enfant : « Ça te fait quoi ? Es-tu triste, déçu, fâché, cool avec ça ? ». Une observation et quelques questions permettront d’en savoir plus sur son fonctionnement et ses besoins. Est-ce qu’il joue avec les cousins de son âge ? A-t-il tendance même en famille à s’isoler avec une console ou une BD ? Est-il plus à l’aise avec les adultes ? C’est ainsi que Blandine fut surprise par son fils. Ne sachant pas quoi répondre à son constat de ne pas avoir d’amis à l’école, elle laissa un blanc s’installer dans la conversation. Ce qui permit à son fils de réfléchir et de dire : « En fait, je ne sais pas de quoi leur parler, il n’y a personne qui s’y connaisse en étoile filantes ». Un enfant qui a des centres d’intérêt très précis ne sait pas forcément quoi dire aux autres, c’est parfois simplement un manque de culture commune qui l’empêche de créer des liens. Timidité, précocité, autant de freins finalement faciles à débloquer pour aller vers les autres.

Si votre enfant semble être victime de méchancetés, harcelé par un leader , la réponse est tout autre : il n’y a qu’une prise de position énergique de toute l’équipe éducative qui pourra l’aider, ainsi que votre soutien inconditionnel. (Aleteia.org)

Revenir